Ingrédients


notre promesse


Chez Aveda, The Art and Science of Pure Flower and Plant Essences, nous croyons que la nature est la meilleure créatrice de beauté. C’est pourquoi nous travaillons sans relâche pour augmenter notre utilisation d’ingrédients à base de produits naturels autant que possible.

Produit dérivé de substances naturelles : les produits à base de substances naturelles sont constitués de plus de 50 % de molécules issues de plantes, de minéraux non pétroliers, d’eau ou d’autres sources naturelles.

Notre engagement pour offrir des produits à base de substances naturelles et performances, bons pour la planète, et pour nous, va bien au-delà de l’utilisation d’ingrédients à base de substances naturelles.

faq sur les ingrédients >> 

 

aveda et les ingrédients verts
 

Nous associons notre mission au développement de produits en utilisant ce que nous définissons comme des ingrédients verts, autant que possible.

Chez Aveda, notre objectif est d’assurer que nos produits feront du bien à nos clients en leur offrant des performances exceptionnelles, tout en respectant notre promesse de responsabilité sociale et environnementale.

Les produits Aveda ne comportent pas de parabènes, de phtalates et de laurylsulfate de sodium.

Nous travaillons sans relâche pour que la diversité écologique et culturelle soit représentée en récoltant nos principaux ingrédients de façon responsable dans diverses régions du monde. 

Grâce à une rémunération équitable, nous aidons les différentes communautés et les systèmes économiques dont proviennent nos ingrédients.

Chez Aveda nous croyons sincèrement que nous parviendrons à réaliser notre objectif en nous efforçant d’utiliser ce que nous appelons des ingrédients verts dans nos produits, autant que possible. Pour qu’un ingrédient soit considéré vert, il doit répondre à au moins un des critères suivants :

• À base de substances naturelles, soit constitué de plus de 50 % de molécules issues de plantes, de minéraux non pétroliers, d’eau ou d’autres sources naturelles.

• Certifié biologique.

• Issu de plantes durables ou renouvelables et n’ayant pas d’impact négatif sur les écosystèmes dont il provient.

Pour Aveda, le progrès et l’amélioration continus dans les ingrédients verts que nous utilisons pour nos produits sont essentiels pour réaliser notre mission envers le monde.

L’utilisation d’ingrédients verts chez Aveda, la pratique :

• Depuis 2000, Aveda a augmenté ses achats d’ingrédients à base d’herbes brutes et d’huiles essentielles biologiques de 20 % à 25 % du tonnage total à plus de 90 % tout en augmentant le tonnage total de façon considérable. Le pourcentage exact varie légèrement d’une année à l’autre en raison de l’éventail de produits et de la disponibilité des ingrédients certifiés.

• Aveda a mis en place la traçabilité Soil to Bottle™ pour certains ingrédients clés, ce qui lui permet de donner des renseignements et détailler l’origine de ces ingrédients tout en promouvant la qualité via sa chaîne d’approvisionnement.

• Le développement de la technologie exclusive à base de bétaïne de Babassu contribue à la stratégie de développement d’Aveda et d’utilisation d’alternatives à base de plantes pour remplacer les produits pétrochimiques dès que c’est possible.

• Toutes les huiles essentielles d’Aveda sont traitées avec des méthodes éco-responsables via la distillation à vapeur d’eau

 

origine des ingrédients

 

Participez à notre projet et retracez l’origine des ingrédients d’Aveda jusqu’à la ferme ou la coopérative agricole. Nous lui avons donné le nom de Soil to Bottle™ et son objectif consiste à garantir la compensation équitable via le processus.

Aveda développe des partenariats professionnels étroits avec certaines communautés et/ou fournisseurs et cherche à les positionner comme principale source d’approvisionnement en ingrédients spécifiques. Nous faisons souvent référence à ces relations dans nos ressources promotionnelles. Toutefois, en raison de certaines circonstances indépendantes de notre volonté (par ex., sécheresse, nuisibles et limitations de capacité), ces communautés et/ou fournisseurs peuvent parfois ne pas pouvoir répondre à nos besoins, notamment en termes d’approvisionnement d’une partie ou de la totalité d’un stock d’ingrédients. Dans ce cas, Aveda se tourne vers d’autres fournisseurs pour fournir des sources alternatives de qualité jusqu’à ce que le principal fournisseur soit à nouveau opérationnel.

 

REGARDER NOTRE VIDÉO CONCERNANT NOS APPROVISIONNEMENTS.

 

 

RACINES DE CURCUMA
ET D’AMLA AYURVÉDIQUES.

Découvrez comment notre partenariat avec les fermes indiennes qui nous fournissent
le curcuma biologique profite à la Terre, aux fermiers, et à nous tous.


RACINES DE CURCUMA ET D’AMLA AYURVÉDIQUES


L’Ayurveda est une médecine ancienne visant à créer un équilibre au niveau du corps et de l’esprit. Ayurveda signifie « la science de la vie ». Cette technique est au cœur d’Aveda depuis les débuts de la marque, au moment du premier partenariat avec les médecins Vinod et Kusum Upadhyay*. Ces spécialistes nous ont aidés à tirer profit de 5 000 années de sagesse ayurvédique pour créer nos produits en intégrant des extraits de plantes ayurvédiques puissantes et efficaces.

Dans la continuité des principes ayurvédiques, et parce que nous nous soucions de la planète, Aveda s’est engagée à utiliser des ingrédients biologiques. Ainsi, Aveda s’est associée à la société indienne Nisarga.

Nisarga, qui signifie « nature » en sanskrit, cultive des herbes ayurvédiques en se servant de l’agriculture biologique et biodynamique. L’entreprise possède des terres cultivées et entretien des partenariats avec des exploitations agricoles biologiques locales pour produire des herbes ayurvédiques commandées par ses clients. Nous nous sommes associés à Nisarga pour cultiver du curcuma et de l’amla biologiques à utiliser dans certains de nos produits.

Le curcuma pousse dans l’exploitation agricole de Nisarga à Umbari. Cette dernière crée des emplois pour les villageois à proximité : plantation, culture des rhizomes, nettoyage à la vapeur, séchage et polissage pour la livraison.

L’amla est cultivé dans l’exploitation agricole indépendante de Devarashtre, l’un des nombreux partenaires de Nisarga qui a contribué à la certification de la nature biologique des terres, en réglant les frais de certification qui posent problème aux nombreuses exploitations de petite taille. Les villageois cultivent l’amla à la main en retirant les graines et en séchant le fruit avant livraison.

Dans l’usine de traitement, Nisarga utilise une méthode d’extraction écologique à base de dioxyde de carbone qui ne laisse aucun résidu et fonctionne à basse température, produisant ainsi des extraits au fort potentiel.

Parce que l’entreprise se préoccupe des dangers des pesticides et des engrais chimiques, Nisarga encourage les agriculteurs à passer à l’agriculture biologique. Depuis plusieurs années, la société organise des séminaires accueillant environ 35 000 agriculteurs pour convaincre le plus grand nombre de passer au biologique. Nisarga règle les frais de certification biologique pour leurs partenaires agricoles et fournit un support pédagogique continu pour favoriser la conversion.

Le soutien de Nisarga leur permet de développer une agriculture biologique, plus favorable à la Terre, aux agriculteurs et à tous les êtres humains.

*Ils pratiquent la médecine ayurvédique et mènent des recherches à la Maharshi Bhardwaj Clinic and Research Centre à Haridwar, en Inde.

REGARDER NOTRE VIDÉO CONCERNANT NOS APPROVISIONNEMENTS.

 

 

LE BABASSU REND LA VIE MEILLEURE

Les femmes récoltent les noix de babassu à Maranhão, au Brésil, depuis des générations.
 


LE BABASSU REND LA VIE MEILLEURE
 

Les femmes récoltent les noix de babassu à Maranhão (prononcé Mah-rah-NAH-oh), au Brésil, depuis des générations. Les mères apprennent à leurs filles à casser chaque côté de la noix de Babassu et à retirer les graines à vendre car il s’agit pour les femmes d’un moyen honorable de gagner leur vie pour leurs familles.

Mais, dans les années 1970, les éleveurs de bétail et les bûcherons ont envahi la région pour la déforester, en faisant payer aux femmes des frais pour récolter les noix.

L’une des travailleuses témoigne : « Nous faisions face à énormément d’injustice. Mais, peu importe le coupable, il était protégé par la loi. De nombreux collègues ont été mises en prison sans raison. Nous nous sommes battues pour la justice et avons réussi à faire libérer ces femmes persécutées. »

Les femmes et leur communauté ont réussi à faire passer la loi Free Babassu Law qui protège désormais les palmiers de Babassu et le droit des communautés locales de cultiver les noix poussant sur des terres privées.
Mais ce n’est pas tout. Les travailleuses se sont associées à d’autres agriculteurs pour former une coopérative du nom de COPPALJ leur offrant plus de pouvoir afin de garantir un prix équitable pour leur travail.

Raimundo Neto, PDG et cofondateur de COPPALJ, déclare : « 158 de nos familles sont des membres directs de COPPALJ tandis que nous estimons le nombre de membres indirects à un million-cinq-cents familles en moyenne. »
La coopérative achète les graines de babassu que les femmes récoltent et les presse pour obtenir de l’huile brute que la société vend à notre partenaire au Brésil pour l’affinage.

La coopérative de traitement des noix est également membre d’une organisation locale à but non lucratif appelée ASSEMA dont l’objectif est de fournir aux communautés des projets de développement ainsi qu’une assistance technique et des formations, tout en défendant les droits des habitants locaux et la protection des arbres de Babassu.

Aveda fait partie de la vie des femmes qui récoltent les noix depuis 1996, à l’époque où nous avons découvert l’huile de babassu. Nous les soutenons de deux manières.

Nous achetons une quantité considérable d’huile biologique provenant des graines qu’elles récoltent, les aidant ainsi à obtenir un salaire, et nous contribuons au financement des programmes ASSEMA qui aident les récolteuses et leurs familles, en proposant notamment des pratiques agricoles biologiques et durables qui favorisent la sécurité alimentaire tout en protégeant l’écosystème.
Chez Aveda, changer des vies nous tient à cœur. Tout comme l’eau potable. Nous avons donc trouvé une solution associant ces deux principes pour aider les familles des récolteuses. En 2011 et 2014, une partie des fonds récoltés lors du Mois de la Terre a été reversée parmi les communautés de récolteuses pour leur donner accès à de l’eau potable.

Dans une communauté, les familles devaient marcher six kilomètres pour obtenir de l’eau potable ou utiliser un cheval pour transporter de l’eau pour l’ensemble du village. Parfois, le cheval trébuchait et renversait l’eau sur le chemin de retour, ruinant ainsi tout le voyage.

Notre subvention de 2011 a financé la construction de trois systèmes de récupération d’eau de pluie d’une capacité de 30 000 litres chacun. Trois toilettes sèches ont également été construites pour améliorer l’hygiène publique.

Notre subvention de 2014 aide d’autres communautés de la même manière en améliorant l’accès à l’eau potable et à une meilleure hygiène.
À Maranhão, une femme nous a expliqué que le nouveau système d’eau de sa communauté est « la meilleure chose qui me soit arrivée ainsi qu’à mes enfants. Pas seulement pour moi, mais pour la communauté. Je vous remercie du fond du cœur ! »
Nous aimerions remercier les récolteuses pour le travail qu’elles réalisent pour apporter à tout le monde la puissance du babassu.

L’huile de babassu biologique du Brésil est utilisée dans de nombreux produits Aveda pour les cheveux, le corps et la peau.

REJOIGNEZ-NOUS DANS L’AVENTURE : RETRACEZ L’ORIGINE DES INGRÉDIENTS D’AVEDA

 

 

BOIS DE SANTAL D’AUSTRALIE OCCIDENTALE

Poussant à l’état naturel dans les paysages les plus arides et étendus de l’Australie occidentale, les arbres à bois de santal dont provient notre huile sont traités par des communautés locales indigènes.
 


Bois de santal d’Australie occidentale
 

L’huile de bois de santal (Santalum spicatum) constitue un ingrédient clé d’un grand nombre des mélanges d’arômes Aveda. Elle apporte une profondeur riche et boisée avec des notes douces qui créent un certain mystère dans de nombreux produits de nos gammes de soins pour la peau, le corps et les cheveux.

Poussant à l’état naturel dans les paysages les plus arides et étendus de l’Australie occidentale, les arbres à bois de santal dont provient notre huile sont traités par des communautés locales indigènes.

Depuis de nombreuses années, Aveda collabore avec ces communautés pour extraire des huiles essentielles de qualité et pour les mettre en relation avec le réseau économique international. Dans la lignée de la mission d’Aveda consistant à prendre soin de la planète, nous travaillons avec un distillateur local d’Australie occidentale en nous assurant ainsi que la prime que nous payons pour l’huile bénéficie directement aux récolteurs de bois de santal indigènes.

REGARDER NOTRE VIDÉO CONCERNANT NOS APPROVISIONNEMENTS.

 

 

HUILE DE BURITI DU BRÉSIL

Visitez le Brésil et découvrez comment cette huile hydratante permet de préserver le mode de vie de toute une communauté.
 


huile de buriti du Brésil

à base d’huile de l’arbre de vie.

Au fin fond du Brésil, les habitants de Piaui croit en cet adage : « Là où se trouve le Buriti, se trouve l’eau » car cet arbre pousse le long des rivières. L’huile du fruit est si hydratante qu’elle nous a permis de créer un nouveau partenariat avec une entreprise brésilienne qui partage notre mission envers la planète. Décidée à améliorer la vie au sein des communautés dans lesquelles se trouvent les ingrédients, Beraca achète l’huile de Buriti auprès de coopératives locales, reversant ainsi un salaire à de nombreuses familles pour conserver leur mode de vie.

REGARDER NOTRE VIDÉO CONCERNANT NOS APPROVISIONNEMENTS.

 

 

rose de bulgarie

Le partenariat d’Aveda avec Enio Bonchev, une distillerie d’huile de lavande et de rose de Bulgarie, veille au traitement et à la rémunération justes des habitants de Romi.
 


rose et lavande de bulgarie


Découvrez le partenariat d’Aveda avec Enio Bonchev, une distillerie d’huile de lavande et de rose de Bulgarie, qui veille au traitement et à la rémunération justes des habitants de Romi.

Au sein d’une vallée au pied du Grand Balkan de Bulgarie, près du petit village de Tarnichene, s’étendent des champs de lavande et de rose ainsi qu’une distillerie dont dépendent les villageois locaux et de nombreux nomades de Romi pour vivre. La distillerie familiale Enio Bonchev, dont les employés récoltent les fleurs et gèrent la distillerie, est la source économique principale du village et les propriétaires fournissent également de la nourriture, des vêtements et un accès à des soins médicaux à leurs ouvriers. Aveda contribue au soutien de cette économique locale en achetant l’huile de rose et de lavande d’Enio Bonchev. Aveda a également donné des fonds pour améliorer la qualité de vie des ouvriers.

Fondée en 1907, la distillerie a été fermée pendant près de 50 ans sous le régime communiste, laissant ainsi une région appauvrie et des ouvriers, ainsi que des voyageurs, sans emploi. Elle a été rouverte en 1992 par Dimitre et Filip Lissicharov, descendants du fondateur, Enio Bonchev. La distillerie emploie environ 25 voyageurs à plein temps tout au long de l’année. Environ 50 ouvriers supplémentaires sont employés pour maintenir les champs, réaliser des tâches comme le désherbage et la plantation lors des mois non hivernaux. De plus, lors de la saison de la récolte, 40 personnes en plus sont embauchées pour gérer la distillerie et 250, dont des Roms, pour travailler dans les champs. Certains Roms vivent dans une ville proche mais les moyens de transport sont rares, c’est pourquoi la distillerie propose un service de bus trois fois par jour en provenance de et vers les champs. Les Roms venus à dos d’âne des villages montagneux emmènent leur famille entière et les enfants s’amusent avec des jouets (fournis par la distillerie) pendant que les adultes travaillent.

La récolte de la lavande et de la rose est un travail particulièrement intensif : les ouvriers des champs passent leur journée d’été sous le soleil accablant à couper les tiges à la main et à charger les fleurs dans des charrettes. De nombreuses distilleries réduisent les coûts, et les charges de travail, en utilisant des machines pour ce processus mais les propriétaires d’Enio Bonchev préfèrent continuer à confier ces tâches à la communauté. Ce faisant, ils produisent une huile plus pure car la récolte à la main permet de couper moins de tiges. Lorsque la saison de la récole est terminée, les ouvriers sélectionnent et replantent les champs en utilisant les restes en compost dans le sol. « C’est notre terre », déclare le copropriétaire Filip Lissicharov. « Nous la nourrissons et la soignons car elle nous nourrit et nous soigne. C’est notre liberté, notre maison, notre santé : l’essentiel dans cette vie. »

Chez Enio Bonchev, le travail des moissonneurs est fortement apprécié. D’autres distilleries paient à la fin de la saison ou à la vente des produits bruts, laissant les ouvriers sans revenus pendant plusieurs mois. La distillerie Enio Bonchev paie chaque jour, ce qui signifie que les ouvriers peuvent nourrir leurs enfants au quotidien. Au final, ils gagnent suffisamment d’argent pour soutenir leur famille au cours des longs mois d’hiver. La distillerie fournit également de la nourriture pour les animaux à la fin de la saison pour que les chevaux et les ânes des ouvriers ne meurent pas de faim au cours de l’hiver.

Aveda soutient la distillerie en achetant de grandes quantités de cette huile exceptionnelle, produite de façon biologique et conformément aux normes USDA depuis 2002. Cet achat continue garantit la sécurité économique de la distillerie, permettant ainsi aux propriétaires d’offrir des avantages supplémentaires. Ils proposent des soins dentaires à tous les employés à temps plein et, pour les ouvriers des champs, un médecin se tient à disposition en cas d’insolation ou de maladie. Les propriétaires offrent également le petit-déjeuner et le déjeuner aux ouvriers et à leurs enfants et fournissent aux cueilleurs des t-shirts et chapeaux en coton léger pour se protéger du soleil. Une subvention de 2008 d’Aveda a permis de construire des douches et des toilettes.

La distillerie Enio Bonchev démontre parfaitement comment un modèle d’entreprise bâti sur un traitement équitable, la compassion envers les employés et la communauté locale peut remporter un franc succès. C’est un système bénéfique pour toutes les parties impliquées. Saison après saison, le bouche à oreille vante les mérites de la distillerie Enio Bonchev et son respect pour les travailleurs. Les champs se remplissent d’employés et le cycle se poursuit.

REGARDER NOTRE VIDÉO CONCERNANT NOS APPROVISIONNEMENTS.

 

 

lavande de bulgarie

Le partenariat d’Aveda avec Enio Bonchev, une distillerie d’huile de lavande et de rose de Bulgarie, veille au traitement et à la rémunération justes des habitants de Romi.
 

REJOIGNEZ-NOUS DANS L’AVENTURE : RETRACEZ L’ORIGINE DES INGRÉDIENTS D’AVEDA

 

 

CISTE D’ESPAGNE

L’extrait de ciste d’Espagne est essentiel pour Aveda, tout comme les personnes qui récoltent cette plante certifiée biologique. Nos relations avec les habitants du village andalou ont permis de créer une récolte de ciste respectueuse de la planète.
 


ciste d’espagne


L’extrait de ciste d’Espagne est essentiel pour Aveda, tout comme les personnes qui récoltent cette plante certifiée biologique. Nos relations avec les habitants du village andalou ont permis de créer une récolte de ciste respectueuse de la planète.

Le Cistus ladaniferus, ou jara en espagnol, est une plante synonyme de survie, de renouvellement et de renaissance. Depuis des siècles, elle façonne le paysage d’Andalousie. C’est une ressource étonnante grâce à laquelle la faune locale, les fermes et la végétation vivent en harmonie. Certains considèrent que le ciste est une « herbe sauvage » et une « rose des rochers ». Indomptée, elle pousse sur le sol sec et rocheux des plaines ensoleillées, parsemées de chênes ou chênes verts. Le ciste vit d’ailleurs sur les sols les plus rocheux et arides. L’Andalousie est l’endroit au monde où il pousse de la manière la plus vive et sauvage. En raison des conditions arides, le ciste produit davantage de résine, un ingrédient clé qu’Aveda utilise dans ses arômes. C’est un agent hydratant puissant dans ses soins raffermissants pour la peau Green Science™.

Le ciste fleurit une fois par an, sous le soleil de fin d’hiver. Il dévoile une fleur blanche et fripée à cinq pétales, pendant quelques jours seulement. En été, la plante produit une résine collante sur ses feuilles et ses branches, ainsi qu’un parfum riche et revigorant. Une fois coupé, de nouvelles branches poussent pour se préparer à l’été suivant.

Depuis le début du XXe siècle, les habitants d’Andalousie récoltent du ciste sauvage et le vendent aux parfumeries et distilleries européennes, qui en tirent de l’huile. En 1989, Biolandes, une entreprise française spécialisée dans l’extraction d’huiles essentielles, a installé une usine de distillation dans le petit village rural de Puebla de Guzmán, en Andalousie, et a formé des travailleurs à la récolte et au traitement du ciste par le biais de processus respectueux de la planète. En employant des personnes qui connaissent les besoins et les nuances de l’environnement local, Biolandes a restitué l’activité de production du ciste à sa terre d’origine, créant ainsi de nouveaux emplois pour ses communautés. Ces emplois permettent à certaines familles de rester dans leur région d’origine, au lieu de partir à la recherche d’un travail. La récolte et la production durables d’huile de ciste soutiennent ainsi la croissance locale, les sources de revenus et l’harmonie.

Le processus grâce auquel le ciste passe du statut de buisson sauvage à celui d’huile essentielle commence chaque été en Andalousie, lorsque des centaines d’ouvriers locaux cueillent des branches de ciste biologique. Au son du sol asséché qui craque sous leurs pieds et des cigales qui chantent en rythme, les ouvriers coupent des branches de ciste de 60 cm de long et récoltent à la main jusqu’à 400 kilogrammes par jour et par personne. Équipés d’un outil de coupe en forme de croissant de lune, nommé hoz, les hommes ne ramassent que les branches supérieures, jeunes, mûres et parfumées du ciste, laissant une tige de 15 cm pour permettre la reprise de la croissance l’année suivante. Cette méthode de taillis préserve le cycle de croissance naturel du ciste.

Une fois le ciste coupé, les branches sont regroupées en fagots de 15 kilogrammes et transportées en camion jusqu’à la distillerie locale, où un groupe de 20 travailleurs locaux transforme le ciste en gomme ou en huile. En vue de préserver les ressources et de réduire les déchets autant que possible, les branches de ciste restantes sont placées dans des fourneaux qui créent la vapeur nécessaire pour la distillation. Grâce à ces efforts, l’usine de distillation n’utilise pas d’énergie à base de pétrole. Puis, des lots de ciste fraîchement cueillis sont distillés à la vapeur pendant 24 heures. Les 400 kilogrammes de branches de ciste que les travailleurs cueillent chaque jour produisent environ 300 grammes d’huile dorée et parfumée, utilisée dans les parfums Aveda pour ses notes puissantes, tenaces, douces et épicées.

La recherche par Aveda d’une huile essentielle de ciste biologique de la meilleure qualité a amené l’entreprise à Puebla de Guzmán en 2002. À l’époque, ni la distillerie, ni l’huile de ciste n’étaient certifiées biologiques. Aveda a lancé une conversion en partenariat avec Biolandes, pour aider à faciliter la transition difficile des processus conventionnels de récolte et de fabrication vers ceux biologiques. Le résultat offre un modèle commercial transparent pour la conversion au biologique, renforcée par un partenariat. Depuis 2005, l’huile de ciste d’Andalousie est certifiée biologique par ECOCERT, une entreprise d’audit tierce spécialisée dans les normes biologiques. Aujourd’hui, le ciste qu’Aveda reçoit d’Andalousie est certifié biologique. Aveda a donc doublé ses achats d’huile de ciste certifiée biologique auprès de Biolandes, et acquiert 90 % de l’huile de ciste biologique certifiée de Biolandes en Andalousie.

Cette entreprise durable en partenariat avec Biolandes et Aveda continue de prospérer, tout comme le ciste sauvage d’Andalousie. Le partenariat livre également une huile essentielle de ciste biologique à haute intégrité aux professionnels et clients Aveda, complétant ainsi le cycle de développement durable. En gardant le ciste au cœur de ses préoccupations, le village de Puebla de Guzmán représente un écosystème à petite échelle, en harmonie avec la communauté et la Terre. Aussi renouvelable et traçable que la croissance perpétuelle du ciste sauvage, le cycle de la récolte à l’huile, du sol à la bouteille, est une merveille d’équilibre.

« Le ciste est toute ma vie ; c’est la vie de ma famille, celle de mes enfants, mon héritage. »
Roman, membre de la communauté, Puebla de Guzmán, Andalousie


Bienfaits du ciste
L’huile de ciste est utilisée dans de nombreux arômes d’Aveda pour sa note douce, épicée et résineuse, puissante et très tenace.

REGARDER NOTRE VIDÉO CONCERNANT NOS APPROVISIONNEMENTS.

 

 

Papier Lokta Bark du Népal

Au sommet du monde, dans l’Himalaya au Népal, la situation s’améliore pour de nombreuses familles et pour les forêts.
 


Papier Lokta Bark du Népal

Au sommet du monde, dans l’Himalaya au Népal, la situation s’améliore pour de nombreuses familles et pour les forêts.

Tout a commencé il y a une dizaine d’années, lorsqu’Aveda s’est lancée à la recherche de partenaires pour la fabrication de magnifiques papiers pour nos cadeaux de fêtes. Nous recherchions un papier d’origine durable et l’avons trouvé : le papier Lokta Bark du Népal. Il est certifié Forest Stewardship Council et Wildlife Friendly.

Nous avons découvert que le peuple du Népal fabriquait du papier Lokta Bark depuis le XIIe siècle. Il était utilisé pour les décrets royaux, car on pensait que sa durée de vie était de 1 000 ans. Aujourd’hui, nous l’utilisons pour couvrir tous nos paquets cadeau de papier vert, tout au long de l’année.

Nous achetons ce papier durable depuis neuf ans*, soit plus de 2 millions de feuilles, ce qui a permis d’employer 5 500** personnes dans des villages reculés offrant peu d’opportunités de travail. 90 % des fabricants de papier sont des femmes, qui le font pour leurs communautés et placent de l’argent dans les coopératives, s’assurant ainsi un meilleur avenir. 2 490 familles ont directement bénéficié de l’achat par Aveda de papier fabriqué à la main. Cela a permis à 5 885 enfants d’aller à l’école depuis 2007 : beaucoup sont issus de familles très pauvres qui n’auraient pas pu leur offrir une éducation autrement.

Notre achat de papier a également été bénéfique pour l’environnement. Les groupes forestiers aident à protéger 42 000 demi-hectares de forêt fournissant du Lokta Bark pour notre papier cadeau, qui a reçu la certification Forest Stewardship Council (FSC). Notre papier Lokta Bark est également certifié Wildlife Friendly® : il aide à protéger la magnifique diversité de la faune de l’Himalaya, comme le panda roux et le léopard des neiges, menacé de disparition. La protection de la forêt préserve l’habitat et combat le changement climatique. C’est un cadeau pour nous tous.

Nous pensons que vous répandrez de la joie avec chaque cadeau emballé dans du papier Lokta Bark du Népal.

*2007, 2008, 2009, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016. **Temps complet et partiel.

REGARDER NOTRE VIDÉO CONCERNANT NOS APPROVISIONNEMENTS.

 

 

Découvrez les fermiers de cupuaçu qui changent la donne en Amazonie.

Entrez dans les régions limitrophes de l’Amazonie pour découvrir comment le beurre de cupuaçu revitalise les fermes et les forêts.
 


CUPUAÇU D’AMAZONIE

Entrez dans les régions limitrophes de l’Amazonie. Découvrez une association de fermiers qui est passée de l’agriculture traditionnelle à l’agroforesterie. Lisez comment ils aident à revitaliser les fermes et les forêts autour de Tomé Açu, au Brésil, grâce au cupuaçu (cou-pou-a-sou) certifié biologique.

Il y a peu de temps, les fermiers ruraux de Tomé Açu, au Brésil, se battaient pour soutenir leurs familles, même dans les magnifiques régions limitrophes de la bienfaitrice jungle amazonienne. En effet, leurs terres étaient appauvries par des décennies de coupe et de brûlage de l’agriculture traditionnelle et par l’élevage, qui s’avérait non viable pour leurs petites fermes familiales.

En 2005, ils ont décidé de changer. Plus de 20 fermes se sont regroupées pour former une association ayant pour but d’adopter une méthode d’agriculture plus durable, nommée agroforesterie. Ils ont appris que le mélange de cultures, comme le fruit de la passion et le poivre noir, avec des arbres tels que le noyer du Brésil et le cupuaçu, pouvait augmenter le rendement de chaque plante et reconstituer la teneur en nutriments de leurs sols appauvris, de manière plus naturelle. 

Beaucoup de fermiers ont planté du cupuaçu, un arbre natif, qui pousse de manière mutuellement bénéfique avec les autres arbres et cultures. Ils vendaient la pulpe du fruit, comestible, et jetaient les graines, jusqu’à découvrir qu’ils détenaient là un trésor inattendu : un beurre riche, hydratant et nourrissant avec une valeur « croissante » sur le marché mondial.

Les fermiers ont commencé à vendre les graines et en 2006, beaucoup sont passés à l’agriculture certifiée biologique pour gagner davantage. En 2014, Aveda a financé l’achat d’un séchoir à graines grâce à Global Greengrants Fund, afin d’aider l’association à produire son propre beurre et à gagner quatre fois plus qu’avec la simple vente des graines.

Manuel do Carmo, directeur commercial de l’association, indique : « Ce processus nous permet également de gagner plus... et d’investir davantage dans l’éducation de nos enfants, d’avoir de meilleurs maisons et transports. »

L’association prévoit également de réinvestir quelques bénéfices dans les semis et la reforestation.
Cependant, elle estime que son investissement s’étend à tout le Brésil, aux milliers de visiteurs qui viennent découvrir son modèle de réussite, et aux nouvelles générations qui reviendront à Tomé Açu et bâtiront leur avenir sur les fondations qu’elle a établies.
 

REGARDER NOTRE VIDÉO CONCERNANT NOS APPROVISIONNEMENTS.

 

 

Huile d’andiroba du Brésil

Voyagez dans la forêt pluviale amazonienne et découvrez comment l’huile d’andiroba aide à soutenir un moyen de vie durable sur l’île de Marajó, au Brésil.
 

Powered By OneLink